« Je crois le Pot-au-noir ne sera pas pour nous comme il a été pour les IMOCA. Il risque bien de passer comme une lettre à la Poste. En clair, le premier entré sera aussi le premier sorti »,

avait indiqué Aymeric Chappellier, le skipper d’AINA et Avenir qui espérait que cette zone de convergence intertropicale relance la donne et lui permette de recoller au leader. Le Rochelais avait bien vu.
Si ce marasme a largement chamboulé la donne chez les 60 pieds, en particulier pour Charal qui était entré dans nasse avec 100 milles d’avance et qui en est ressorti avec 300 de retard, il ne semble pas parti pour relancer le jeu chez les Class40.

Ce samedi, Ian Lipinski et Adrien Hardy, qui approchent du bout du tunnel, conservent une avance de 50 milles sur le duo Goodchild – Delahaye et de 77 milles sur le tandem Chappellier – Leboucher.

« Crédit Mutuel va de nouveau creuser l’écart. En attendant, on n’est pas trop mécontent car on a avancé correctement toute la nuit, mais il y a des chances que ce soir, à la sortie, on récupère du vent très faible et que l’on ne touche réellement les alizés de sud-est que dans 120 ou 140 milles car le Pot-au-Noir a tendance à se regonfler un peu en son sud.
D’ailleurs, le ciel qui avait commenté à bien se dégager est en train de voir deux-trois grains se mettre en place. On n’est donc pas encore complètement tiré d’affaire. Il reste encore deux ou trois petits trucs à gérer avant de repasser la surmultipliée »,

a commenté Aymeric qui compte bien, malgré tout, marquer le coup, aujourd’hui, pour l’anniversaire de son co-équipier.

« Un petit cadeau de la part des partenaires l’attend, mais il sait que la journée risque d’être un peu longue, avec des réglages, des réglages et encore des réglages. Il est comme moi, il attend demain avec impatience pour retrouver des conditions un peu plus appuyées. L’un comme l’autre, on est impatient de filer tout droit avec un vent bien régulier dans du vent forcissant »,

a terminé Aymeric Chappellier.