Alors qu’ils ont débordé le Cap Vert hier matin, Aymeric Chappellier, Pierre Leboucher et les autres leaders de la flotte des Class40 de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre se dirigent à présent tout droit vers la zone de convergence intertropicale, propulsés par des alizés qui ont légèrement faibli pour se stabiliser autour de 20 nœuds, ce jeudi.

« C’est un peu plus calme mais ça reste très humide. On en n’est plus au stade où on essaie plus de faire sécher les cirés, mais juste de faire en sorte qu’ils soient moins trempés »,

a commenté le skipper d’AINA Enfance et Avenir, par ailleurs pas très content de sa dernière nuit.

« On a fait n’importe quoi : mauvais réglages, mauvais choix de voiles… en plus de ça, on a eu des petits problèmes de fusibles de safran et les appendices se sont relevés deux fois… bref, que des conneries ! C’est dommage parce qu’on était revenu à 7 milles de Leyton et là, on est quasiment à 20 »,

a ajouté le Rochelais qui a désormais mis ce mauvais épisode derrière lui et qui repart à l’attaque.

« On a perdu des milles bêtement mais on est en forme. Ça avance toujours vite et ça, c’est quand même bien. On va faire notre entrée dans le Pot-au-Noir cette nuit ou demain matin. On espérait qu’il soit un peu coriace pour remonter sur Crédit Mutuel, mais j’ai bien l’impression qu’il va passer comme une lettre à la Poste. Il n’est pas frontal, du coup, je ne pense pas que ça fasse pour nous comme ça a fait pour les IMOCA. A mon sens, le premier entré sera le premier sorti. Cela étant dit, dans ce marasme, on ne sait jamais ce qui peut se passer »,

a terminé Aymeric Chappellier qui reste à l’affût et qui n’a évidemment pas dit son dernier mot !