C’est dans désormais moins de 24 heures que sera donné le coup d’envoi de la première étape du Défi Atlantique. L’heure est donc au peaufinage des derniers détails et des derniers réglages pour les douze équipages en lice. En ce qui les concerne, Aymeric Chappellier, Rodrigue Cabaz et Eric Quesnel ont prévu une ultime petite sortie en mer, ce vendredi après-midi, pour tout vérifier une dernière fois avant de procéder à la fin de l’avitaillement.

« Maintenant, on a hâte de rentrer dans le vif du sujet »

note le skipper du Class40 aux couleurs de l’association AINA Enfance et Avenir qui se prépare à sa première transatlantique dans le sens Ouest-Est.

« Ca promet d’être intéressant même si, pour le moment, la météo bouge encore beaucoup et que ça reste très imprécis »

assure le Rochelais qui décortique tous les nouveaux fichiers à mesure qu’ils tombent.

« Dans les grandes lignes, le jeu va consister à contourner l’anticyclone des Açores pour aller chercher des vents portants de secteur ouest, sans aller trop nord au risque de rallonger la route mais aussi de rencontrer du vent très fort, et sans aller trop sud au risque de tomber dans la pétole. Le hic, c’est qu’aujourd’hui, le couloir favorable est très étroit »

souligne Aymeric qui voit, pour l’heure, la situation se corser notamment au bout du cinquième jour de course.

« Ca va encore beaucoup évoluer mais on pourrait bien se retrouver au près. En attendant de voir comment les choses vont muter, ce qui est certain, c’est que l’on va composer avec du vent de nord nord-ouest pour partir »

poursuit Aymeric qui s’élancera finalement un peu plus tôt qu’initialement prévu, c’est-à-dire à 15 heures (heure de Paris) ce samedi. Lui et ses concurrents mettront alors le cap sur les Açores, après avoir d’abord effectué un parcours spectacle de 35 milles entre Basse-Terre, Marie-Galante et Saint-Louis. A suivre, donc.