Ces premiers jours de course de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe n’en finissent décidément plus de mettre à mal à la fois les bonshommes et les bateaux. La nuit dernière, le gros de la flotte a, en effet, dû, une nouvelle fois composer avec du gros temps, en l’occurrence un flux de sud-ouest de 35-40 nœuds avec des rafales à 50 sous les grains.

« Ça a de nouveau été rock and roll. Viril même. J’ai relevé jusqu’à 47 nœuds. En début de soirée, c’était encore possible d’attaquer car le bateau glissait bien mais très vite, on s’est retrouvé avec 5 mètres de vagues dans tous les sens et ça s’est mis à taper super fort »,

a indiqué le skipper du Class40 aux couleurs d’AINA Enfance et Avenir qui a perdu un aérien dans la bataille et qui utilise désormais sa girouette de spare.

« Ce matin, tout va bien, même si j’en ai un peu marre d’être en combinaison sèche. Il fait beau et on a eu droit à un beau lever de soleil. Il n’y a plus « que » 30 nœuds alors c’est presque les vacances ! Je pourrais presque prendre mon petit déj en terrasse ! »,

s’est amusé le Rochelais, manifestement en forme, et désormais pointé en 2e position derrière Yoann Richomme dans sa catégorie.

« J’avoue que je ne regarde pas trop le classement pour l’instant. Ces deux derniers jours, on a pas mal subi et j’ai un peu oublié la course. On comptera réellement les points après les deux prochains fronts. Cette Route du Rhum est une course à élimination. Il faut rester vigilant et préserver le bateau au maximum car cette ambiance de chiens mouillés, on en a encore pour trois jours »,

annonce Aymeric, pas mécontent, par ailleurs, d’avoir enfin passé la latitude du cap Finisterre.

« Quand après deux jours de course, tu es encore à la hauteur de La Rochelle, c’est un peu dur dans la tête »,

souligne le marin qui se prépare à une nouvelle dégradation de la situation météo au fil de l’après-midi, avec le vent qui s’orientera au sud-ouest tout en se renforçant à l’approche d’un nouveau front perturbé.